vendredi 22 novembre 2013

Jean Mohammed de la Bastille






Je suis l’anonyme descendant des sans-culottes....venus de l’autre côté de la méditerranée. J’aimerais que cette tribune soit lue par le plus grand nombre ! J’en ai besoin ! Pour extirper cette douleur que fait naître en moi cette agression d’une violence atrocement sournoise, induite par des modèles intellectuels et des faux débats dignes de la France d’un autre temps.



Je ne suis pas opposé au débat et je reconnais d’ailleurs qu’il existe un vrai problème de cohabitation entre certaines franges de la population. Mais ce problème trouve sa source non pas le long de cette falaise trop abrupt que l’on appelle intégration, mais dans cette grotte obscure de la dés-incarnation de l’identité culturelle française par nos chères élites notamment politiques qui entraînent la populace dans les tréfonds d’un passé honteux pour mieux les escroquer et de l’accaparement féodal par une poignée d’éternels collabo repentis de l’énorme richesse produite par le peuple Français.

Je suis Jean mohamed de la Bastille ! Je suis descendant de sans culotte ! Moi je suis Français. Plus que vous Mon sieur De nagy Bocsa, Prince d’Andorre, Plus que vous Monsieur...laissons ! Vous ne me croyez pas ! Venez donc me voir dans les galeries du Louvre. Je suis à côté de Gavroche et de Marianne, la liberté guidant le peuple. Le basané, c’est moi en 1832. J’étais déjà là pour la Bastille. Je suis héritier de la liberté comme tous les enfants de la communauté Française. Je suis Français depuis toujours. Et je ne comprends pas que l’on me pose la question de mon identité depuis ma naissance. La naissance, c’est bien cela dont il est question à la vérité. Comme sous l’ancien régime.

En effet, et je reviendrai là-dessus plus tard, l’unique cause des tensions sociales qui s’amplifient et se teintent d’un voile communautariste et religieux, cette cause unique est la croissante non redistribution des richesses conjuguée à l’appropriation par notre société, Dirigeants politiques et Médias en tête, du modèle sociologique de la maison mère d’outre-atlantique.
ADVERTISEMENT

Vos petits rebeu en mal d’intégration, baby terroristes en devenir, ils sont des purs produits du terroir média-politico-financier Français. Ils se prennent pour des blacks-panthers américains qui luttent contre l’esclavage. Ils dealent, ils volent, ils braquent, ils brûlent, ils agressent en jurant à tour de bras sur leur prophète et sa demeure. Tout cela au nom de ce que l’on a fait à leurs parents et de leur foi en leur grandeur de fidèles....malgré les écarts. Certains rentrent même dans le "din" lors d’un séjour en prison à la manière d’un Malcom X, d’un Mike Tyson. Leur icône : Tony Montana. Scarface. Superproduction Américaine. Leur musique : 50 cents, Eminem, Marvin gay,... Leur resto préféré : Le Mac Do. Tu parles de rebelles, de terroristes... ils sont labellisé depuis leur caleçon jusqu’à leur ceinturon. Ils sont Américains. Et c’est un peu normal quand on sait que la seule activité qu’on leur proposait, enfant, en dehors de l’école ou de la rue, c’était la télé. Ils ont grandi avec une culture télévisuelle qui fait fi depuis feu du magnifique patrimoine culturel de cet empire déchu qu’est la France. Leur communautarisme grandissant n’est que l’écho de la violente et raciale mosaïque éclatée qui sévit à Harlem, à Watts, dans le Bronx. D’ailleurs nous sommes tous américains.

Notre cher Président a fait une campagne et appliqué une politique qui n’ont rien à envier à l’oeuvre funeste de son ex homologue et non moins ami, j’ai nommé G.W.Bush. Il est là le problème de la France. Elle a toujours un temps de retard sur les caprices de Rome. Bush attaque l’Irak, Chirac dit non, la France rentre et demeure depuis 2001 en crise financière . Bush est désavoué, Obama est élu, on élit en France le seul pro-bush qui de surcroît propose un programme économique qui n’est rien d’autre qu’inspiré du modèle qui vient de s’effondrer. C’est la faute aux immigrés de 3ème génération qui s’en vont faire des camps d’Al-Qaïda pour aller se battre en Irak dans les sous-sol des aéroports. J’ai trouvé très marrant son nouvel air anti-anglo-saxon, lui le chevalier du modèle qui a conquis le monde et qui n’a comme seul projet politique, un grand marché sauvage comme on en trouve seulement depuis la manche jusqu’aux côtes du pacifique.

Nous sommes tous américains. Nos élites intellectuelles et artistiques, quand elles ne vivent pas à New-York, même lorsqu’elles se revendiquent labellisées Terroir de France, oublient tout leur académisme, leur chauvinisme dès lors qu’un contrat, un studio, une interview leur est proposée à l’ouest. Nos chères stars vont même certaines fois jusqu’à dénoncer l’exception Française. L’histoire a vu nombre de nos artistes et intellectuels et grands patrons se faire un honneur de parader pour le fürher. Le tout est d’exercer son talent. Aujourd’hui nombre d’entre eux sont les vecteurs de cette saxonite chronique. Ils sont loin nos Gabin, De Gaulle, Coluche, Hugo, Jaurès, Brel ...Non je suis bête, Nos chères Nantis n’oublient jamais entre deux aller-retour à Manhattan de citer, se revendiquer de nos grands aïeux, même s’ils se passent bien de faire vivre leurs rêves, leurs révoltes.

Je suis Jean mohamed de la Bastille ! Je suis héritier de la liberté comme tous les enfants de la communauté Française.







Ce dont je ne suis pas l’héritier, c’est l’égalité. Il me semble que contrairement à nombre de mes concitoyens je n’aurai jamais le droit à l’égalité. Et je ne vous parle pas de chance. D’égalité des chances. Non, ce n’est point ma stratégie publicitaire, je me débrouille, je travaille. Non. Je vous parle de silence. Qu’une année s’écoule sans que des stratégies marketing électoralistes ne viennent remettre en cause ma conviction intime d’être Français. Le droit à l’anonymat. Cela fait 31 ans, depuis mon premier souffle, que ce qui me distingue, me caractérise et on peut même dire me résume, c’est le fait que je sois un rebeu. Attention, MOI, Je ne suis pas comme les autres( c’est plus facile quand il n’y en a qu’un), moi je suis sympa, je suis rebeu mais je suis sympa, je m’intègre, je n’invoque pas pour ponctuer toutes mes phrases la grandeur de mon dieu ; en même temps pour mon cas c’est plus simple, je suis agnostique. Je suis un rebeu mais je fais la fête, je joue de la guitare pour chanter du Brel, du Brassens. Je suis un rebeu mais je travaille, j’ai fait des études. Ouah. Le pire c’est que cette manière de concevoir ma place dans la société n’est pas celle de ceux qu’on pourrait appeler "racistes" ; non pour eux c’est plus simple : je suis un rebeu et à moins de soumission et d’allégeance à mes hôtes civilisés, je n’ai qu’à rentrer chez moi. Non moi je vous parle de l’ambiance générale dans notre beau pays, terre des droits de l’homme et du citoyen. Les bobo, les babas et les blings-blings ont tous dans leur caboche une ou deux petites blagues, deux ou trois pensées, trois ou quatre craintes sur ces chers Français.....d’origine maghrébine. J’ai l’impression d’être un morceau de mouton certifié élevé en Kabylie.

Tout ce que je revendique, c’est donc le droit à l’anonymat. Mais c’est dur parce que moi je ne suis pas comme les autres. Mais je me répète, c’est plus facile quand il n’y en a qu’un. Et le problème, c’est que dans cette France qui se prémunit de la sauvagerie de ces maures venus jusque dans vos bras..... le problème, c’est qu’à tous les étages social de notre pays, on n’invite pas ou peu, ces derniers arrivés, à venir manger un bout, écouter de la musique (en même temps, ils mangent pas de porc et tout le monde sait qu’Obélix ne mange que du sanglier).... Cette réalité suit un gradient qui se confond avec celui du niveau social. Cependant, nous remarquerons que dans les réceptions de l’ambassadeur ou de l’Élisée, il importe peu que l’on soit rebeu, ou pygmée, ou.... l’argent remplace tous les passeports. Cela me rappelle une ellipse que ma prof d’histoire de terminale nous contait : "Prenez des familles venues de tous les pays, mettez les dans une situation de misère, d’acculture, de violence ; au bout d’un mois, ils se traiteront de sales arabes, de sales juifs, de sales nègre... prenez les mêmes personnages et disposez les dans une belle demeure luxueuse lors d’un séminaire de diplomates ; ils trinqueront ensemble à la douceur de la vie, ils mangeront du caviar et partageront leurs expériences respectives pour s’enrichir un peu plus." Les stratèges politiques en charge de la com de Mon sieur Nicolas 1er connaissent cette réalité et entendent bien conjurer misère et cynisme. C’est tellement facile en même temps.

Je suis Jean mohamed de la Bastille ! Je suis Français ! J’aime la France, J’aime sa culture, J’aime sa cuisine, J’aime son culot ! Mais je n’aime pas ce qu’elle est devenue. Qu’elle soit un satellite de l’empire anglo-saxons, de la WASP transatlantique depuis la victoire de ces derniers sur la vieille Europe, cela est tout à fait normal. C’est l’histoire. Qu’elle n’assume pas l’importation des dysfonctionnements du modèle social, économique et diplomatique de la nouvelle Rome et qu’elle interprète auprès du public son incompétence et son manque d’honnêteté intellectuelle par un soi-disant problème d’identité nationale, là je dis non. Le dernier personnage à avoir profité de l’ignorance et de la misère en invoquant l’identité et la fierté nationale, ce personnage a sévi de l’autre côté du Rhin et nous connaissons la suite.

Trop facile. Car si je me révolte contre toutes ces injustices qui accablent le peuple français dans son ensemble, enfin surtout ceux qui ne sont pas nantis, le plus grand nombre, je deviens ce terroriste que vous dénoncez, je deviens un Julien Coupat. Eh bien soit. Battons-nous tous au côté de Julien Coupat comme sur ce tableau de Delacroix. Donnons un autre souffle à notre culture, à notre patrimoine, aux révoltes qui ont fait de ce pays, la contrée où l’on croît avant tout à la justice. Cessons d’être ces dévots de l’injuste incarné outrageusement par nos nouveaux nobles, le roi devant. Dans ce cas je veux bien faire fi de mon anonymat et parler du vrai problème d’identité de notre beau pays.

Sinon je vous demande de me laisser au moins ce droit à l’anonymat. Ne relayez point cette rhétorique sophiste fascisante qui est en train de gangrener notre société.

Je suis Jean Mohammed de la Bastille ! Vive la France ! La vrai, l’unique, celle des sans-culottes !



Petite Note à benner :

Je sais que mon souhait ne sera pas exaucé, mais je vous demande au moins de bien vouloir considérer que tous les rebeu ne sont pas musulmans. L’Islam est une religion à laquelle il faut croire, ce n’est pas un gène conquérant qu’on se transmet de génération en génération. Un rebeu, ça a un cerveau, malgré ces manières un peu sauvages, violentes. Parfois même ça réfléchit. Et des fois, quand ça réfléchit, ça construit des idées propres, personnelles. Ainsi, il arrive que certains d’entre eux ne ressentent pas cette foi indéfectible qui anime le quotidien de ses ainés. Ça peut même s’intéresser à l’évolution, à Darwin et faire des études en paléontologie sur l’origine des hominidés..... Hitler disait plus un mensonge est grand, plus le peuple l’acceptera juste après avoir fait passer l’incendie du Reichstag par ses S.S pour une agression autrichienne qui méritait qu’on se défende. Allez-y Mon sieur de Nagy Bocsa, prenez la défense de l’identité de la France.