jeudi 7 novembre 2013

Les benêts rouges.









http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-benets-rouges-143313


À travers la grogne qui sévit en Bretagne, nous vivons un évènement surréaliste ! Le MEDEF orchestre et soutient à travers les syndicats une grève et des manifestations contre le gouvernement ! Ce même MEDEF qui armé de Sarkozy, avec la droite au pouvoir, avait fait des grèves et des manifestations de "gauchistes", une des entraves principales à la compétitivité. Il s'insurgeait alors contre l'immobilisation du pays par ces fainéants de gauchistes et de fonctionnaires et exigeait le droit d'aller travailler. Laurence Parisot avait alors obtenu parmi les nombreuses faveurs que lui accorda son président servile, une modification du droit de grève ...
Et là, dans quel État j'erre ? Le peuple de droite, mauvais perdant suite à l'élection de François Hollande, enchaîne les manifs pour tout et n'importe quoi. Pis ! Ils repoussent les limites de la violence, de l'injure et de l'ignominie si l'on s'attarde sur les sombres clameurs racistes d'Angers contre Madame Taubira. Et là, nous voici devant une meute d'excités bretons qui manifestent contre l'écotaxe sous prétexte qu'elle mettrait en danger leur emploi alors que les délocalisations sont déjà prévues de longues dates par ces mêmes patrons qui les exhortent à tout casser. Ils se font appeler les bonnets rouges. Pour ma part, je vous appellerai chers concitoyens, les benêts rouges.

Nous savons depuis longtemps que les syndicats de salariés sont en France à la solde des syndicats du patronat, CPGME et MEDEF en tête. Nous ne comprenions pas comment Sarkozy Président, les grandes centrales syndicales sous ordres des patrons et du gouvernement parvinrent à contenir leur base pour éviter une révolution très largement légitimée par l'escroquerie dont était victime le peuple français. Nous vîmes alors Nicolas dernier et le peuple de droite exulté d'avoir si facilement assommé le peuple de gauche et son cortège de grèves et de manifs ! Mémento, Sarkozy s'en vantait alors devant les journalistes : 







Prenons les choses par le bon bout, c'est-à-dire par le début. Devant ces jolies grosses têtes joufflues qui beuglent leur soif d'esclave, esclave de productivisme assoiffé... Assoiffé... Cela est un mot que vous devriez comprendre... Assoiffé ? Pouvez-vous comprendre que les pratiques modernes productivistes d'élevage porcin assoiffent la terre, les plantes, la vie en Bretagne. La Bretagne est assoiffée par vos entreprises. L'eau est sale. L'eau est souillée. Or cela n'a pas toujours été. Attention, je ne préconise pas un retour à l'âge de pierre, à cette époque à laquelle chaque foyer de paysans élevait quelques porcs pour son alimentation. Non, je parle d'une époque pas si lointaine. L'élevage extensif en plein air était alors la norme. Il consistait à élever des porcs toute l'année à l'extérieur sur une prairie et à les loger dans des cabanes adaptées. Un treillis lourd constituait l'enceinte extérieure du site de production, un couvert végétal résistant assurait la couverture du sol, des abreuvoirs adaptés fournissaient l'eau potable et des zones ombragées limitaient les effets néfastes des chaleurs excessives. Nous restions donc dans des conditions raisonnées et l'impact environnemental était alors moindre. La productivité était au rendez-vous et surtout la qualité fit la renommée du Porc Français. 

Alors qu'aujourd'hui, les entreprises pour lesquelles vous souhaitez faire la révolution ont implanté des méthodes d'exploitation hors-sol qui représente ce que l'humain peut faire de plus barbare.





Ce n'est plus un élevage porcin, c'est un viol collectif contre la vie, c'est une usine de chair à saucisse ! Depuis cette transformation industrielle qui s'opéra dès les années cinquante, le gain de productivité s'est traduit par des conditions de vie toujours plus atroce pour ces êtres vivants, une qualité de produits qui fait aujourd'hui de la Roumanie un sérieux concurrent et surtout un environnement délabré, une nappe phréatique totalement souillée :









Ces entreprises pour lesquelles vous vous drapez d'un masque de vulgaire vandale ont totalement détruit le terreau qui vous nourrissait. Il faudra des milliers d'années pour que les sols redeviennent sains. C'est une marée verte qui ferait passer l'Erika pour un pet dans l'océan. Pourquoi au final ? Pour délocaliser toutes les unités de production en Roumanie. Et cela n'a rien à voire avec l'écotaxe. C'est bien là où le bas blesse : cela fait bien longtemps que les actionnaires notamment américain de l'industrie agroalimentaire en Bretagne ont décidé de délocaliser leur production en Roumanie. En fait, le MEDEF a trouvé une nouvelle manière d'éviter les conflits en cas de délocalisation : il incite lui-même les patrons à faire grève contre le gouvernement qui les obligerait à délocaliser. Et ça marche ! On voit sortis de je ne sais quels cerveaux triturés du neurone, une horde de bourrins se distinguant d'un bonnet rouge... Rouge, la couleur du peuple... Rouge ! ... Ils devraient être bleus vos bonnets ! Comme pour la noblesse, de sang bleu ! Ou mieux, il devrait être aux couleurs des Etats-Unis puisque votre combat est celui d'actionnaire américain.

Je comprends votre colère amis Bretons mais je crois bien que vous vous êtes faits manipulé comme des marionnettes par vos syndicats à la solde des patrons. Utilisés comme de vulgaires bonnets jetables par les mêmes qui ne vont avoir aucun scrupule à vous planter là, tel des épouvantail. Vos revendications sont légitimes, votre révolte est saine, mais vous vous trompez de cible et il y a des solutions. Je passerai le fait que l'écotaxe a été votée lors de la mandature de Sarkozy aux ordres alors du MEDEF. Je ne m'attarderai pas sur l'écotaxe qui quoique nécessaires, a été comme tous les marchés publics mal encadrée, détournée comme il en est coutume pour l'argent public. Par contre, je ne peux vous faire cadeau de l'inertie qui a été la vôtre et celle de vos représentants syndicaux depuis dix ans, alors que des actionnaires étrangers faisaient main basse sur la production. L'intervention du Père de Jean-Marine évoquant un lobby islamiste contre le porc trahit assez bien la faille du FN dans son discours : alors que ce parti est toujours prompt à dénoncer l'immigration et l'étranger venu d'Afrique ou de l'est, on ne l'entend jamais s'offusquer des attaques économiques provenant des Etats-Unis. Un patriotisme teintée d'une diplomatie connivente ? Le porc Bretons est victime de l'invasion des fonds de pensons américains qui d'ailleurs viennent de revendre à la Chine le fameux Justin Bridou.


http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130529trib000767251/justin-bridou-etait-americainmaintenant-il-est-chinois-.html


Ce sont les actionnaires américains qui ont saccagé votre industrie sous l'œil bienveillant du gouvernement, du MEDEF et des syndicats. Ils s'en foutent de l'écotaxe. Je les soupçonne même de la bénir : elle leur permet de vous expliquer avec pédagogie sous forme atelier de défoulement, qu'ils vont mettre la clef sous la porte et les familles à la rue... Mais c'est à cause de l'écotaxe et de l'élection de François Hollande que vous vous rendez coupable de vandalisme, quitte à mettre votre liberté en jeu et pour le coup, vos familles en danger ! À combien, le MEDEF estime-t-il la perte de compétitivité à cause de ces "droitistes" de Bretons qui font grève ? 10 millions d'euro de dégâts au bas mot... À la charge du contribuable, bien sûr. Ah, les marchés publics, quelle aubaine !

Je suis de votre combat ! Mais cessez de beugler contre le gouvernement tout en remerciant vos bourreaux ! Je suis de votre combat et je crois que vous pouvez avec vaillance et courage, à la Bretonne, vous défaire de la tutelle de tous ces vautours qui ont parasité vos richesses, votre terre. Pourquoi ces tiques sont-elles venues se planter en Bretagne ? Parce que la Bretagne faisait du bon cochon avec des marges bien grasses. L'avenir se conjugue au passé ! À nous, la belle échine, le jarret et la cuissarde ! Je veux que dès demain à Pékin le porc caramel soit Breton, qu'à New-York, le Bacon soit du Finistère, qu'à Quimper le saucisson soit salaison ! La stratégie LVMH ! Que la Bretagne crée le Luis Vuitton de la rosette. Vous pouvez reprendre possession de vos terres, de vos richesses et de votre travail. L'écotaxe est bien la meilleure chose qui puisse vous arriver. Que la terre retrouve ses droits. Qu'elle fasse fuir ces parasites qui vous prennent pour des benêts. Des benêts rouges.


Jean Mohamed De La Bastille.